Se nourrir de lumière

13-Feb-2017

Amandine

Vendredi dernier, je suis "tombée" sur un article d'un blog relatif à la nourriture Prana. Ne connaissant pas ce sujet, j'ai lu des articles et écouté des conférences.

Connaissez-vous la "nourriture prana" ?

Il s'agit de cesser de se nourrir d'aliments solides (et liquides) au profit d'une autre forme de nourriture pour autant dématérialisée puisqu'elle se base sur la nourriture lumière dite des particules de prana. 

Cet article n'a absolument pas vocation à faire l'apologie de cette pratique qui d'ailleurs peut s'avérer extrêmement dangereuse puisque des personnes dans le monde en sont décédées. Il s'agit de tenter démystifier - si tant est que cela soit possible - une pratique qui se répand.

Jeûne ou prana : quelle différence ?

N'ayant pratiqué véritablement ni l'une ni l'autre je me risque à expliquer leur fonctionnement selon une compréhension toute personnelle.

Plusieurs fois j'ai été consultée pour une demande de pratique de jeûne ou de patients pratiquants. Mes écrits s'appuient donc également sur leur récits.

La pratique du jeûne consiste à ne pas manger malgré la faim ce qui conduit à un état de fatigue avancé avec des carences nutritionnelles marquées. Cette pratique est utilisée dans certaines institutions pour traiter des maladies comme le cancer mais  je ne m'étale pas sur ce point.

La pratique de la nourriture lumière est fondée sur une approche spirituelle visant à nourrir son corps (un corps qui n'est pas nourri meurt au bout de quelques semaines et quelques jours s'il ne reçoit pas d'eau) de "lumière" que l'on pourrait se représenter comme l'énergie de vie qui circule en toute chose. Le "pranien" encore appelé "respirien" (celui qui se nourrit de lumière) "ingère" en pleine conscience ces particules d'énergie. 

Mon cerveau qui je le reconnais a encore des limites s'étonne de cette pratique et des bienfaits avancés par leurs fervents pratiquants!

Se nourrir en conscience

n'a pas pour objet de se nourrir d'aliments particuliers, selon un choix déterminé ou jugé "bon" par le mental ou toute forme de règles.

Tout au contraire : manger en conscience consiste à développer sa présence dans sa relation à la nourriture de telle sorte que l'esprit et le corps soient reliés dans le moment présent. Manger en conscience c'est être là, goûter, sentir, ressentir les sensations digestives, écouter, observer les pensées qui traversent l'esprit et remarquer les émotions. Se nourrir en conscience c'est amener plus de présence et de discernement dans votre manière de manger : changer le "Comment" manger plutôt que le "Quoi" manger.

De cette attitude découle des choix et orientations diverses selon vos propres aspirations. On n'a de choix que lorsque l'on est véritablement conscient. Il n'y a donc pas de règles ni d'objectif à atteindre puisque vous y êtes déjà.

Le piège qui se profile face à la pratique prana est d'en faire un objectif, une fin en soi et donc s'échapper du moment présent au profit du futur, une projection dans un avenir jugé meilleur et donc renforcer le mental "par la capacité à se contrôler" et considérer que le faire est plus important que l'être : "ex : ne pas manger c'est être une personne spirituelle".

Même si je ne nie pas que pour certains cette pratique les a conduit à l'éveil, je mets en garde les personnes qui se risqueraient à agir sur leurs comportements pour traiter leur part de souffrance : on peut rester "inconscient" et décider de ne plus s'alimenter (ce qui aggrave la souffrance) ou faire le choix de sortir du rêve pour devenir conscient et cela tout en mangeant.

Devenir conscient et éveillé amène inévitablement à des modifications (choix, quantités...) dans le comportement alimentaire et lorsque vous devenez conscient et présent de manière intense en mangeant alors l'aisance et la facilité vous gagnent et vous conduisent à manger moins (vous prenez peu à peu conscience que votre corps a faim d'autre chose).  

A retenir : se nourrir en conscience c'est agir sur le "Comment" plutôt que le "Quoi", c'est s'inscrire dans le moment présent, fusionner avec lui et ne rien rejeter : la transformation de votre lien à la nourriture est issue de cette attitude et le "quoi manger" se transforme de lui-même, dans le lâcher-prise. Bon appétit!

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Le cerveau humain n’est pas formaté pour être en lutte

October 17, 2019

1/5
Please reload

Archives
Please reload

Réseaux sociaux
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Grey Pinterest Icon

Médicentre, 03 avenue du 8 mai 1945

38130 ECHIROLLES

  • White Facebook Icon
  • White Pinterest Icon

© 2012 amandineperrot